•  

     

    Les 20 plus belles cités

    médiévales 

     

     

    Par Clio Bayle
     
     

    Châteaux forts, maisons à pans de bois, ruelles pavées, demeures Renaissance… La France regorge de villages construits au Moyen Âge, ayant résisté aux assauts ennemis comme à ceux du temps, pour arriver quasi intacts jusqu’à nous. Ils sont souvent juchés au cœur d’une nature sauvage et leurs vielles pierres exercent sur nous un irrésistible pouvoir d’attraction. Découvrez notre sélection des 20 plus beaux villages médiévaux de France.

     

     

    Village médiéval en Bretagne

     

    Le village de Locronan (Finistère)

     

     

    Le bourg breton de Locronan est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1924. Ses pittoresques ruelles bordées de maisons Renaissance et d’échoppes artisanales vous disent sûrement quelque chose, car elles ont servi de décor à de nombreux films et téléfilms, dont Tess de Polanski, Chouans ! avec Sophie Marceau, ou encore Un long dimanche de fiançailles.

     

    Le village de Rocherfort-en-Terre (Morbihan) 

     

     

    La pierre et les fleurs ! Voilà qui résume parfaitement le village breton de Rochefort-sur-Terre, perché sur un éperon schisteux de la vallée du Gueuzon. Quelle diversité architecturale pour un si petit bourg : maisons à pans de bois, bâtiments de style gothique, demeures Renaissance, hôtels classiques, architecture XIXe… Le tout admirablement entretenu et fleuri. Rochefort-en-terre, élu « Village préféré des Français » en 2016, doit en grande partie son visage actuel au peintre américain Alfred Klots. Amoureux du village, il racheta les ruines du château au début du XXe siècle, et y investit sa fortune. Il impulsa de nombreuses activités touristiques et fut à l’origine du premier concours de fenêtres fleuries, en 1911.

     

     

    Village médiéval en Normandie

     

    Le Mont-Saint-Michel (Manche)

     

     

    Inscrit au Patrimoine Mondial par l'Unesco en 1979, le Mont-Saint-Michel s’élève tel un mirage au cœur de sa baie gigantesque. Son village, organisé depuis le Moyen-âge au pied de l’abbaye, sur le flanc sud-est du rocher, a depuis toujours une vocation commerciale, destiné à accueillir les pèlerins venus de tout l’Occident chercher auprès de Saint-Michel, archange du jugement, l'assurance de l'éternité.

     

     

    Village médiéval en Auvergne Rhône Alpes 

     

    Le village de Crémieu (Isère)

     

     

    Situé près de Lyon, le village médiéval de Crémieu possède un très beau patrimoine architectural, dont les vestiges les plus anciens, comme son château delphinal, remontent au XIIe siècle. Pour le découvrir, rien de tel que d’y aller durant les Médiévales, fin septembre, un week-end durant lequel la ville vibre au rythme des spectacles équestres, joutes et combats, jongleurs, échassiers hauts en couleurs, lanceurs de drapeaux, cracheurs de feu, musiciens et magiciens. Le samedi soir, un traditionnel banquet médiéval est servi sous l’impressionnante charpente en bois de ses halles du XVe siècle.

     

    Le village de Salers (Cantal)

     

     

    Comme posé au milieu des pâturages du Cantal, Salers semble un imposant vaisseau, enchevêtrement de toits de lauze, piqueté de tourelles, austère en hiver, mais majestueux. Son château des barons de Salers fut rasé sous l’ordre de Louis XIV en 1666. Heureusement, cette vindicte contre les nobles auvergnats a épargné la ville, aujourd’hui préservée. On découvre avec émerveillement ses hôtels particuliers des XVe et XVIe siècles, témoins de la richesse de la cité à l’époque.

     

    Le village de Blesle (Haute-Loire) 

     

     

    Ce bourg auvergnat, niché aux confins du Cantal et du Puy-de-Dôme, posté sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, opère rapidement son charme sur les visiteurs. La bourgade, née autour d’une abbaye bénédictine du XIe siècle dont ne subsiste que la ravissante église Saint-Pierre, garde de son histoire religieuse et seigneuriale quelques superbes curiosités, telle quelques façades portant le blason des familles religieuses, sa « Tour aux vingt angles » et sa tour du Massadou (XIIIe siècle) juchées sur un piton rocheux.

     

    Village médiéval en Bourgogne

     

    Le village de Chateauneuf-en-Auxois (Côtes-d’Or) 

     

     

    Châteauneuf-en-Auxois est un superbe exemple de l'architecture militaire bourguignonne du XIVe siècle. Ses tours et courtines témoignent de la politique de défense engagée pendant la guerre de Cent Ans pour défendre les plaines de l’Auxois. Le village conserve de très belles demeures bourgeoises du XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècle, témoins de la prospérité marchande de la ville à l’époque.

     

    Le village de Vezelay – (Yonne)

     

     

    Quand on arrive à Vézelay depuis la route – elles viennent toutes du Sud –, le village s’étend au pied de la basilique Sainte-Marie-Madeleine, tel autant de joyaux échappés d’une malle aux trésors superbe. Ici, se côtoient beauté et sacré. Pour les ressentir tous les deux, il faut emprunter ses superbes ruelles baignées de lumière.

     

    Village Médiéval en Aquitaine Limousin Poitou Charentes

     

    Le village de Saint-Émilion (Gironde)

     

     

    Juchée au sommet d'une colline calcaire du Libournais, entourée de vignobles évidemment, la petite cité médiévale de Saint-Émilion a été bâtie au XIIe siècle. Ses tertres, nom donné aux ruelles pavées pentues de la région, se prêtent volontiers à la déambulation, surtout à la tombée du jour, quand les touristes se font moins nombreux, et que la lumière déclinante pare ses pierres de Gironde de teintes ocre. Le bourg a notamment conservé son enceinte, ses portes et une belle série de monuments archéologiques.

     

    Le village de Collonges-la-Rouge (Corrèze)

     

     

    C’est dans ce village aux confins du Quercy en 1982, qu’est née l’idée de l’association des plus beaux villages de France. Il faut dire que cet écrin rougeoyant, à l’architecture harmonieuse, a tout pour inspirer l’idée. Le bourg possède un exceptionnel ensemble de castels, notamment celui de Vassinhac, avec ses grosses tours, ou le Castel de Maussac, version miniature d’un château fort…

     

    Le village de Turenne (Corrèze)

     

     

    Ce village du causse corrézien, situé à quelques kilomètres au sud de Brive-la-Gaillarde, porte toujours avec fierté les marques de sa riche histoire et de sa splendeur passée. Parmi elles, de superbes maisons bourgeoises et hôtels particuliers des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, les tours César et du Trésor, vestiges du château dominant le village, et des demeures plus simples, mais tout aussi charmantes, arborant les couleurs du terroir : calcaire gris des causses, grès rouge ou jaune de Collonges et de Gramont.

     

    Village médiéval en Languedoc-Roussillon

     

    Le village de Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault)

     

     

    Au nord-ouest de Montpellier, se trouve l’un des plus jolis villages de l’Hérault. Construit autour de l’Abbaye de Gellone, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, aux abords de falaises vertigineuses, Saint-Guilhem-le-désert est un joyau serti dans un écrin de nature exceptionnelle, prisée des randonneurs. Le village peut s’enorgueillir de la proximité d’un autre site classé, celui du Pont du Diable.

     

    Village médiéval en Midi-Pyrénées

     

    Le village de Rocamadour (Lot - Vallée de la Dordogne)

     

     

    Encore un village qui ne ressemble à aucun autre. Accroché à flanc de falaise dans le canyon de l’Alzou, dans le Haut-Quercy, Rocamadour collectionne les trésors, et pas seulement religieux. Certes, son sanctuaire attire chaque année des milliers de pèlerins, qui gravissent parfois à genoux les marches qui mènent à la basilique ou à ses sept chapelles, mais elle a également d’autres atouts de taille, comme par exemple sa grotte des Merveilles, une grotte ornée paléolithique découverte en 1920.

     

    Le village de Bruniquel (Tarn-en-Garonne)

     

     

    Encore un village perché dans un écrin de nature extraordinaire ! Dominant la rivière Aveyron, Bruniquel est un bourg fortifié bâti en étages et surmonté non pas d’un, mais de trois châteaux : le château« vieux » du XIIIe siècle et le « jeune » du XVIe siècle. Au centre de l’ensemble, un donjon surnommé tour Brunehaut, en référence à la reine mérovingienne, à qui la légende attribue la fondation de Bruniquel.

     

    Le village de Cordes-sur-ciel (Tarn)

     

     

    Portes fortifiées, remparts, façades gothiques sculptées… Cordes-sur-Ciel annonce toute de suite ses couleurs médiévales. Dominant l’Albigeois, cette cité fondée au XIIIe siècle (« Village préféré des Français » en 2014), a conservé les demeures luxueuses de son faste d’antan. Sur les riches façades de grès rose qui se succèdent le long des ruelles escarpées, nombre de sculptures fantastiques s’animent : dragons, monstres et de personnages grimaçants…

     

    Le village de Saint-Cirq-Lapopie (Lot)

     

     

    Le poète surréaliste André Breton y avait trouvé son « paradis terrestre » ! Il faut dire que le village de Saint-Cirq-Lapopie a de quoi faire rêver, juché en surplomb au-dessus du Lot, et s’ouvrant sur le causse de Limogne. Ses belles façades blondes et ses toitures brunes, étagées à flanc de colline, sont surmontées d’un clocher fortifié, celui de l’église gothique du XVIe siècle, avec sa chapelle romane et sa terrasse offrant une vue inoubliable sur la vallée. 

     

    Village médiéval en Provence 

     

    Le village de Gordes (Vaucluse)

     

     

    Perché sur le flanc sud des monts de Vaucluse, Gordes un village perché au charme irrésistible qui culmine à près de quatre cents mètres d’altitude. Il se distingue par ses ruelles en pente pavées, appelées calades. Bordées de hautes bâtisses de pierre sèche, elles forment un véritable labyrinthe dans lequel on se perd avec délice. Le meilleur moment pour s’y rendre ? Quand ses champs de lavande sont en fleurs et que les alentours du village s’habillent de mauve.

     

    Le village des Baux-de-Provence 

     

     

    Dominant la vallée des Alpilles, le village des Baux de Provence trône tel un vaisseau de pierre sèche au sommet d’un éperon rocheux de calcaire. Au sommet, les ruines de la « cité morte », ancien château médiéval des seigneurs des Baux, avec son donjon, ses tours et sa chapelle Sainte-Blaise, cohabitent avec les belles demeures restaurées du village.

     

    Village médiéval en Alsace

     

    Le village d'Eguisheim (Haut-Rhin) 

     

     

    Situé au cœur du vignoble d’Alsace, sur les derniers contreforts du massif des Vosges, Eguisheim est un véritable décor de carte postale. Les façades colorées de ses maisons à colombages Renaissance, ses rues pavées et fleuries enroulées en cercles concentriques autour de son cœur historique… Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce joyau de la route des vins. Il est d'ailleurs l'un des villages préférés des Français (un de plus dans notre sélection !).

     

    Village médiéval dans les Hauts-de-France

     

    Le village de Gerberoy (Oise) 

     

     

    Ne dit-on pas que tout ce qui est petit est mignon ? Avec moins de 100 habitants, Gerberoy, qui revendique son titre de plus petite ville de France, donne raison au dicton populaire. Située au sommet d’une butte, cette minuscule cité semble tout droit sortie d’un film d’époque. Rues pavées, maisons aux pans de bois et colombages colorés, briques roses, ardoises gris graphite… Ses nombreuses façades fleuries lui ont valu le surnom de « Cité des roses »

     

    N'oubliez pas que si vous le pouvez vous

    pouvez vous inscrire à ma newsletter,

    c'est gratuit!!!

     

    Patrimoine français - 4:  Les 20 plus belles cités médiévales

     

    Patrimoine français - 4:  Les 20 plus belles cités médiévales

     

    Pin It

    votre commentaire
  •   

     

    15 lieux à visiter en Provence cet été

     

     

    Par Hélène Borderies & Florence Donnarel
     
     
     

    Provence ou Provences ? Il existe bien une Provence de la terre et une Provence de la mer. Aux rives de Mare nostrum, Marseille, ouverte sur le monde, est née de cet amour avec les lointains depuis Protis et Gyptis. Côté Méditerranée, cheminez des calanques, aux vertigineuses aiguilles minérales se mirant dans les eaux émeraude, au delta du Rhône, où s'épanouissent, entre sansouïres et étangs, troupeaux de taureaux et de chevaux sauvages. Côté arrière-pays, à la beauté parfois inquiétante de la Sainte-Victoire s'opposent les villages d'un Luberon gorgé de chaudes lumières ou les « chemins d'eau » de la méconnue Provence Verte.

     

    Les calanques entre Marseille et Cassis

     

     
    Calanque de Sormiou
    La calanque de Sormiou, réputée pour la clartée de ses eaux.

    Véritables coins paradisiaques, les calanques occupent une vingtaine de kilomètres de côte. Un trésor pour la France, il fait bon de s'y rendre soit par la terre, soit pas la mer. Des circuits de randonnée ou balades en bateau vous y mèneront. Beaux reliefs, plages de galets, eau azur... les calanques vous feront découvrir coins insolites et biodiversité, car depuis 2012 elles font partie du Parc National des Calanques, protégé pour ses territoires et espèces exceptionnels.

     

    La route de la lavande

     

     
    La route de la lavande en Provence

    Laissez-vous tenter par l'odeur de la lavande comme guide pour cette escapade dans le Vaucluse. Du Mont-Ventoux jusqu'au plateau de Valensole, se trouve trois étapes à ne pas manquer. Le petit village de Sault, la bourgade médiévale de Simiane-la-Rotonde et le Monastère de Ganagobie. Tous ces lieux ont une chose en commun : la lavande. En suivant cet itinéraire appelé route de la lavande vous verrez des champs entiers aux couleurs violacées, toujours avec des parfums enivrants. En tout, une centaine de kilomètres pour profiter pleinement de la typicité provençale.

     

    Le théâtre antique d'Orange

     

     
    Le théâtre antique d'Orange

    Le mieux conservé d'Europe et inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, le théâtre antique d'Orange a été conçu pour étendre la culture romaine. Il comporte plus de 9 500 places assises construites à flanc de colline, mesure 103 mètres de long, 37 mètres de haut et 1,80 mètres d'épaisseur. Le décor au fond de la scène se nomme « scaenae frons », c'est là que se trouve la statue qui représente Auguste. D'autre part, ce mur est très important car il contribue à la qualité du son lors des représentations. Alors convaincu ?

     

    Les châteaux du Luberon

     

     
    Le château de Lacoste en Provence
    Le château de Lacoste.

    Les villages perchés dans le Luberon ont autrefois abrité donjons et forteresses. Aujourd'hui il n'en reste plus que quatre facilement repérables dans le paysage. Le château d'Ansouis, le château de Lourmarin, le château de Lacoste et le château de la Tour d'Aigues. Au milieu des vignes, des oliviers ou des villages dont certains labellisés « Plus Beaux Villages de France », Lourmarin et Cucuron entre autres, c'est tout un itinéraire pour découvrir la région sur environ 70 kilomètres, en voiture ou en vélo !

     

    Le parc de la Camargue

     

     
    Le parc naturel régional de Camargue en Provence

    À la fois patrimoine culturel et naturel, le parc naturel régional de Camargue se trouve dans le delta du Rhône à deux pas de la mer Méditerranée. C'est un lieu protégé de 6 500 hectares qui abrite des espèces emblématiques comme les chevaux camarguais et les taureaux encadrés par les gardians. Certains parlent même de Trinité camarguaise : chevaux, hommes et taureaux.

    Pour plus de découvertes, sachez qu'il est possible de partir en promenade avec un guide naturaliste pour observer les flamants rose et avoir une jolie vue sur les plans d'eau. De quoi ramener quelques belles photos à la maison.

     

    Les villages de peintres

     

     
    Atelier de Paul Cézanne

    Entre Collioure et Aix-en-Provence, les paysages ont inspiré plus d'un peintre. Évidemment, Paul Cézanne et la campagne aixoise, prisée à toutes les époques par la bourgeoisie locale. L'atelier du maître se visite et rassemble des reproductions. Les originaux se trouvant au Petit Palais et au Musée d'Orsay à Paris. Du côté de Collioure se trouve le petit port de pêche, ainsi qu'une balade pour admirer une vingtaine de reproductions de Henri Matisse et André Derain : « Le chemin du fauvisme ».

     

    La Provence verte

     

     
    La cascade de Sillans-la'Cascade
    Près du village de Sillans-la-Cascade, la rivière de la Breque affluent de l'Argens, tombe d'une hauteur de 44 mètres dans un bassin, pour le plus vif plaisir des baigneurs.

    Cascades rafraîchissantes, vallons comme d'agréables oasis de verdure, bosquets denses disséminés ici ou là : autour de Brignoles et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, à côté des vignobles, existe une Provence aussi bucolique que séduisante. Mettez-vous au vert avec des balades en canoë sur l'Argens ou des promenades en bord de rivière et découvrez cette région inattendue. Ne manquez pas les 28 fontaines de Barjols, la chapelle à coquillages du couvent des Carmes déchaux, les maisons troglodytiques qui surplombent le village de Cotignac, les gorges du vallon Sourn ainsi que Sillans-la-Cascade, l'une des plus belles cascade de France. Des découvertes désaltérantes !

     

    Flâner sur la promenade des Anglais à Nice

     

     
    La promenade des Anglais dans la ville de Nice

    Ville phare de la Côte d'Azur et capitale des Alpes MaritimesNice est une ville où il fait bon vivre. Les petites ruelles, les pins, les marchés, le carnaval, l'eau turquoise et surtout la fameuse promenade des anglais, lieu incontournable de la ville. Huit kilomètres pour se balader, près des palmiers et au bord de la mer Méditerranée, un bonheur ensoleillé.

     

    Le parc du Mercantour

     

     
    Montagne du parc du Mercantour

    Deux mondes cohabitent dans le parc du Mercantour : la vallée des merveilles historique avec les gravures propitiatoires dans les schistes, certaines vieilles de 4 500 ans avant notre ère. Puis la vallée des merveilles bucolique qui offre une grande biodiversité. Dans les deux cas, c'est une randonnée qui est proposée, alors à vous de trouver le « sorcier », le gypaète barbu, les lacs bleu pétrole et les marmottes au sein du parc national qui s'étend sur 68 500 hectares... Si vous souhaitez faire quelques jours de marche en montage, le lieux est tout trouvé !

     

    L'île de la Barthelasse

     

    Le pont Saint-Bénézet en Provence
    Depuis l'île de la Barthelasse, le pont Saint-Bénézet datant du XIIe siècle.

    Saviez-vous que la plus grande île fluviale d'Europe se trouve près d'Avignon et qu'il s'agit de l'île de la Barthelasse ? Aussi appellée le poumon vert d'Avignon, elle abrite pas moins de 400 hectares cultivables sur les 700 qui la composent. Si vous êtes friands de sites naturels, cette île est faite pour vous. Les chemins de randonnée et les fermes ne manqueront pas de vous dépayser.

     

    Arles et ses monuments romains et romans

     

    Les arènes d'Arles

    Capitale de la Camargue, point de départ du chemin de Compostelle Via Tolosana, Arles est une ville installée sur les bords du Rhône dans laquelle vous vous laisserez gagner par son charme méridional. C'est une cité romaine où petites places et petites ruelles sont regroupées autour des fameuses arènes (un amphithéâtre qui n'est pas sans rappeler le Colisée de Rome), du théâtre, des termes de Constantin ou encore de la nécropole des Alyscamps. Immersion romaine garantie !

     

    Le pont du Gard

     

     
    Le pont du Gard en Provence

    Une vingtaine de ponts méritent d'être traversés ou vus en France. Célèbres pour leur histoire, leur architecte ou le rôle qu'ils ont joué, le pont du Gard en fait partie. C'est le pont le plus visité de France avec 1,5 millions de visiteurs. Classé au patrimoine de l'UNESCO, il s'impose comme l'un des vestiges romains les plus emblématiques de France. Pour les plus passionnés de randonnée et biodiversité, sachez qu'il existe un parcours en plein air appelé « Mémoires de Garrigue » qui se trouve juste au pied du Pont du Gard.

     

    Le centre historique d'Avignon

     

     
    Le palais des Pâpes dans la ville d'Avignon
    Palais des Pâpes à Avignon

    Classé patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1995, le centre historique d'Avignon se compose du Palais des papes, de l'ensemble épiscopal et du pont d'Avignon, celui de la fameuse chanson, officiellement appelé pont Saint-Bénézet. Si vous venez à Avignon en Juillet, profitez de l'ambiance théâtrale avec la pleine saison du festival. Mais rassurez-vous, Avignon reste la capitale mondiale du théâtre, donc des animations toute l'année.

     

    Le Vieux-Port de Marseille

     

     
    Le Vieux-Port de Marseille

    Centre historique et culturel de la ville, le Vieux-Port de Marseille a joué différents rôles en fonction des époques. En 600 avant notre ère, c'était une simple calanque nommée calanque du Lacydon, colonisée par les phocéens qui s'installèrent progressivement sur la rive Nord et plus tard sur la rive Sud. Au Moyen-Âge et jusqu'au XIXe siècle, le Vieux-Port de Marseille joue un rôle dans le commerce des marchandises et des colonies françaises, c'est le grand port historique de la France méditerranéenne. Par la suite les activités portuaires sont déplacées et le Vieux-Port de Marseille a aujourd'hui une fonction de plaisance, même si quelques bateaux de pêche rapportent du poisson frais pour alimenter les marchés locaux...

     

    Les hôtels particuliers d'Aix-en-Provence

     

     
    Hôtel particulier de Maliverny
    Hôtel particulier de Maliverny

    Aix-en-Provence rassemble plus de 150 hôtels particuliers d'inspiration Florentine. Certains sont classés comme l'hôtel de Maurel Pontèves, l'hôtel de Chateaurenard, l'hôtel d'Estienne de Saint-Jean, l'hôtel de Boyer d'Eguilles, l'hôtel de Caumont, l'hôtel de Maynier d'Oppède, l'hôtel d'Albertas ou encore l'hôtel de ville. Pensez aussi à voir aussi les nombreuses fontaines qui présentent aussi une élégante architecture.

     

    N'oubliez pas que si vous le désirez vous

    pouvez vous inscrire à ma newsletter,

    c'est gratuit!!!

     

    Patrimoine français - 4:  15 lieux à visiter en Provence cet été

     

    Patrimoine français - 4:  15 lieux à visiter en Provence cet été

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Veules-les-Roses, la belle normande inspire les artistes

     

     

    Par Dominique Le Brun et Dominique Roger
     
     

    Veules-les-Roses, blottie dans une valleuse boisée en Seine-Maritime, est une adorable station balnéaire qui a inspiré bien des artistes. Veules-les-Roses doit notamment sa richesse au plus petit fleuve de France qu'elle voit couler : la Veules, 1 194 mètres !

     

     

     
    Maison bordé du fleuve

    La mer à la campagne ?

    Veules-les-Roses, à quelques kilomètres à l'ouest de Dieppe est un rêve de peintre. Maisons coquettes couvertes de chaume, moulins à profusion et fleuve miniature : le village respire au rythme de son patrimoine, naturel et bâti, jalousement protégé.

    Allez toujours droit devant vous, vers l’ouest, au hasard, jusqu’à la mer !

    Citation que l'on doit à Anaïs Aubert un jour de 1826 à son postillon. C’est donc sans l’avoir prémédité que cette actrice de la Comédie-Française, fuyant Paris et un chagrin d’amour, tombe sur ce village de pêcheurs, de meuniers et de tisserands niché au creux d’une valleuse de la Côte d’Albâtre. Séduite par le bourg et la beauté de sa plage, elle fera de Veules-en-Caux – la commune ne prendra ce nom qu’en 1897 – un lieu de villégiature à la mode.

    Dans son sillage, la jeune femme entraîne des comédiens comme le populaire Mélingue, des hommes politiques, des artistes, des écrivains comme Paul Meurice, qui lui-même y attire son ami Victor Hugo. L’auteur des Misérables offrit même, dit-on, aux enfants les plus pauvres du village un immense banquet en septembre 1882. Un casino, des hôtels et des villas balnéaires voient rapidement le jour – la plupart des édifices du front de mer ont disparu lors des destructions de juin 1940. Et Veules devient une source d’inspiration pour bien des peintres, dont une colonie de peintres russes réalistes.

    La foule y gâterait tout. Il vaut mieux n’en pas parle

    Comme Jules Michelet, on aimerait garder rien que pour nous le village de Veules-les-Roses...

     

    L'attractivité artistique

     

     
    Peintre
    Peintre inspiré par ce pittoresque village normand
     

    Le paysagiste Alexei Bogoliubov est le premier de ces artistes russes, en 1857, à découvrir la Normandie. L’artiste y attire une pléiade de peintres de l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. Vassili Polenov, Ilya Repine, Alexis Kharlamov… Les Ambulants, comme on les appelle, s’entichent de Veules et y immortalisent paysages et scènes de vie du bourg – une Fille de pêcheur, un Cheval pour le ramassage des galets, Chaumière dans la cavée du Renard… Des toiles qui livrent aujourd’hui un précieux témoignage du Veules d'antan.

     

    Une destination estivale

     

    Toujours très fréquenté à la belle saison, Veules-les-Roses, 600 habitants, est vraisemblablement l’un des plus anciens villages normands – il remonterait au IVe siècle. Son origine étymologique signifierait « point d’eau ».

     

     
    Rivière
     
     
    Devant les modestes maisons de pêcheurs, un passage-piéton un peu particulier...pour traverser la Veules.
     

    Guère étonnant, cette station balnéaire doit sa richesse au fait qu’elle voit couler le plus petit fleuve de France : la Veules, 1 194 mètres ! Parallèle à la rue principale, le circuit le long de ses rives – il s’appelle le chemin des Champs-Elysées ! – offre une balade des plus apaisantes.

     

     

    L'or vert de la Veules

     

     
    Cresson
     
     

    Patrick Mahieu a repris il y a une 8 ans une cressonnière de 32 ares, aux sources de la Veules, dont l’origine remonte au XIVe siècle.
    Riche en fer et en calcium, la plante herbacée, qui « remplace très bien la salade l’hiver, dit-il, n’a plus de secret pour moi.
    La saison ne dure que 9 mois. J’en produis de la fin août à fin mai. Je profite des mois de juin et juillet pour replanter, à la main. L’eau, courante, est on ne peut plus pure car aux sources du fleuve. »
    Bottes de cresson, potage ou encore beurre de cresson... tout est direct du producteur au consommateur.

     

    Le patrimoine du village

     

    En parcourant le bourg, on peut avoir la chance de passer devant le clocher carré gothique de l’église Saint-Martin (XIIe-XIIIe siècles), aux piliers sculptés de motifs de navires, sirènes et coquillages. Le long de la Veules s’alignent de vieilles maisons en brique et silex typiquement cauchoises, des chaumières au jardin foisonnant, les pieds dans l’eau, une dizaine de moulins à eau et d’abreuvoirs, ou encore des « pucheux », l’endroit où les habitants venaient puiser l’eau.

     

     
    Moulin et toit en chaume
     
     
    1 -  Les moulins sont restaurés, dans la mesure du possible. Celui-ci, le moulin Anquetil, fut détruit en juin 1940 : le bief, la roue, quelques murs sont heureusement parvenus jusqu'à nous. Le village en compte une dizaine, bâtis du XIIe au XIX siècle. 
    2 -Avec le temps, le chaume prend une belle teinte grisée. Bien entretenu, ce type de couverture peut durer une cinquantaine d'années.

    Dans une lettre à la femme de Paul Meurice, en 1873, l’historien Jules Michelet dit n’avoir connu « rien de plus joli ».

    L’originalité, c’est le parti pris d’ignorer absolument la mer, de ne pas vouloir la voir. La charmante petite rivière est l’âme, pure, rapide, fourmillante, de la contrée. (…) Cette eau gentille se dépêche sans savoir où elle va. Et tout à coup, la voilà en face d’un infini imprévu, noyée dans la grande eau amère.

     

     
    Plage de Veules-les-Roses

    Contraste, ce village de poche traversé par un fleuve lilliputien présente à son embouchure, un deuxième visage, beaucoup plus grandiose. La plage laisse en effet découvrir à marée basse une superbe étendue de sable fin, paradis pour les amateurs de sports nautiques. Et, au pied des falaises crayeuses, sont cultivées depuis peu les seules huîtres élevées dans le département de la Seine-Maritime. Ce sont des ostréiculteurs bas-normands qui ont lancé le projet, notamment parce que l’endroit bénéfice des eaux douces de la Veules. 

     

    N'oubliez pas que si vous le désirez vous

    pouvez vous inscrire à ma newsletter,

    c'est gratuit!!!

     

    Patrimoine français - 4:  Veules-les-Roses, la belle normande inspire les artistes

     

    Patrimoine français - 4:  Veules-les-Roses, la belle normande inspire les artistes

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Véloroute du lin: échappée belle

    en pays de Caux

     

     

    Par Stéphane Maurice
     
     

    Si la Vélomaritime jouit d’une réputation de circuit sportif le long de la Côte d’Albâtre, la Véloroute du Lin se définit comme une alternative plus douce et familiale via les terres. Avec, en prime, la découverte d’une culture emblématique du pays de Caux qui colore le paysage d’un bleu vaporeux juste avant l’été.

     

     

     
    Offranville, la Véloroute du lin, piste cyclable à travers les champs de lin reliant Dieppe à Fécamp

    On ne se lance pas à l’improviste sur la Véloroute du Lin. Ce parcours n’a rien de difficile, mais il vaut mieux programmer son départ pour en découvrir la quintessence. La floraison des champs de lin s’échelonne d’une parcelle à l’autre sur un mois environ, avec une apothéose autour du 15 juin. À cette période, des millions de fleurs bleu lavande s’épanouissent au lever du jour et les champs ondulent au gré du vent comme dans les paysages de mangas de Miyazaki. La Véloroute du Lin relie Pourville, près de Dieppe, à Fécamp. Sur les 75 kilomètres d’itinéraire, vous emprunterez plus de 50 kilomètres en voies vertes, répartis en deux portions reliées par des voies partagées. Nous choisissons de prendre le départ à Fécamp en louant nos vélos à l’enseigne Coffee Bike. 

     

    EN PRATIQUE

     

    Coffee Bike Normandie : 10A boulevard Suzanne-Clément, 76400 Fécamp. 07 67 70 40 65. coffeebike-normandie.com. Location à la journée : de 10 € (enfants) à 25 € (électrique).

     

    À partir de Fécamp...

     

     
    Champ de lin en fleurs à Saint-Pierre-la-Garenne, dans l'Eure (Normandie)

    Nous enfourchons nos vélos Arcade. L’assistance électrique ne s’impose pas réellement sauf pour s’aventurer plus loin sans crainte du coup de mou. Cela tombe bien, car nous disposons d’une autonomie de 60 à 80 kilomètres. Fécamp s’efface derrière nous. Les étangs et la pisciculture de Colleville, où l’on élève truites et saumons de fontaine, profitent d’une eau tempérée à 14 °C toute l’année. En suivant la vallée, nous approchons de Valmont. Une halte s’impose pour découvrir ce beau village établit sur... la Valmont. Ne manquez pas l’étonnante abbaye Notre-Dame-du-Pré, en partie ruinée, mais à nouveau occupée par une communauté bénédictine depuis 1994. Le premier champ de lin apparaît après un long faux plat en sous-bois qui débouche à Grainville-la-Teinturière. À Cany-Barville, nous rejoignons la vallée de la Durdent qui alimente les douves d’un grand château Louis XIII signé Mansart. À Saint-Pierre-le-Viger, faites une pause à la coopérative linière Terre de lin. La visite vous apprendra pourquoi le lin du pays de Caux est l’une des meilleures fibres au monde. Et ce n’est pas qu’une question de climat !

     

    ...Jusqu'à Dieppe et Pourville

     

     
    Offranville, la Véloroute du lin, piste cyclable à travers les champs de lin reliant Dieppe à Fécamp

    Pour certains, l’heure du retour a sonné (votre compteur affichera près de 60 km aller-retour). Pour les plus audacieux, la route se poursuit par Luneray, la vallée de la Saâne, Ouville-la-Rivière, puis Offranville. Cette commune peut être l’occasion d’un nouvel arrêt pour découvrir le parc floral William Farcy ou le musée dédié au peintre Jacques-Émile Blanche. Les champs de lin sont dépassés, Dieppe est en vue tout comme Pourville, qui marque la fin de l’itinéraire. Cette charmante station balnéaire est inscrite dans l’histoire douloureuse du raid de Dieppe. L’opération Jubilee a coûté la vie à près d’un millier de soldats des forces britanniques et alliées, dont plus de 700 Canadiens, mais elle a permis de récupérer de précieuses informations pour la réussite du Débarquement de 1944. Les cyclistes les plus sportifs sauront rouler trois bonnes heures pour 80 kilomètres. Pour les flâneurs, la Véloroute peut devenir une mini-aventure de deux jours en planifiant une nuit au camping ou en chambre d’hôtes labellisée « accueil vélo ». Chacun ira à son rythme profitant de la qualité des équipements pour un plaisir partagé.

     

    N'oubliez pas que si vous le désirez

    n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter,

    c'est gratuit!!!

     

    Patrimoine français - 4:  Véloroute du lin: échappée belle en pays de Caux

     

    Patrimoine français - 4:  Véloroute du lin: échappée belle en pays de Caux

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Usine Menier, l'empire du chocolat

     

     

    Par Détours en France
     
     

    Sur les bords de Marne, l'usine Menier est l'ancienne fabrique de chocolat de Noisiel. Témoignage de la puissance de la famille Menier, la fabrique est l’un des fleurons de notre patrimoine industriel. L'usine Menier, complètement réhabilitée, a été rachetée par Nestlé-France qui en a fait depuis son siège social.

     

     

     
    Chocolaterie Menier
     
     
    Aujourd’hui siège de Nestlé-France, cette usine qui, au XIXe siècle, alliait innovations techniques et avant-garde architecturale, a connu une réhabilitation exemplaire dans les années 1990.

    Un lieu délicieux

     

    Souvenez-vous, dans Charlie et la chocolaterie, de ce gamin tout ébloui en découvrant une fabrique de friandises… C’est un peu l’impression que l’on ressent lorsque l’on pénètre dans l’ancienne usine Menier, à Noisiel en Seine-et-Marne. Pas pour le chocolat, puisqu’on n’en fabrique plus depuis 1992, mais pour le décor, étonnant de luxe et d’inventivité.

    Tout en étant d’une grande modernité technique pour son temps, l’usine présente une architecture d’avant-garde soucieuse d’esthétisme. Il faut éblouir, montrer sa puissance et son ambition.

    Nous sommes au cœur de ce qui fut l’empire Menier. C’est ici, sur les bords champêtres de la Marne, que la famille a bâti sa puissance industrielle à partir de 1825. L’entreprise démocratisera un produit de luxe, avec les tablettes de chocolat, elle fera fortune. La splendeur des lieux témoigne de la prospérité de la marque.

     

    La Halle des refroidisseurs

     

    Construite au début des années 1880 par Jules Logre, la halle des refroidisseurs est très inspirée du modèle Baltard très en vogue à l’époque. Sous cette charpente métallique, à grandes baies à armature de fer, se trouvaient les machines destinées à produire du froid artificiel, selon le nouveau système Giffard à détente d’air comprimé. Ainsi, les tablettes de chocolat étaient démoulées dans une atmosphère réfrigérée.

     

     
    La Halle des refroidisseurs
     
     
    Le bâtiment des refroidisseurs construit entre 1882 et 1884 par Jules Logre, au style proche des halles Baltard.

     

    Sous sa charpente métallique se trouvait la première machine à produire du froid artificiel destinée à l’industrie. La confiserie a été métamorphosée en restaurant d’entreprise, le site a trouvé une nouvelle vocation dans les années 1990. 

     

    Un moulin pour broyer les fèves de cacao

     

    Voyez l’imposant moulin qui enjambe un bras de la Marne. Conçu par Jules Saulnier en 1871, ce bâtiment, dévolu au broyage des fèves de cacao, est le premier à être doté d’une structure métallique porteuse apparente. Son décor est d’un raffinement extrême avec ses briques ocre rose vernissées, ses céramiques, ses motifs de fleur de cacao ou ses M à la gloire de Menier.

     

     
    Le moulin
     
     
    Jules Saulnier réalise un moulin à ossature métallique.
     

    La cathédrale

     

    Derrière, s’élève, spectaculaire, la cathédrale, que les ouvriers appelaient ainsi pour sa hauteur et ses larges baies vitrées. Signé en 1906 par Stephen Sauvestre, collaborateur de Gustave Eiffel, cet édifice a été l’un des premiers bâtiments en béton armé en France.

    Pénétrez à l’intérieur pour découvrir, au rez-de-chaussée, une salle de toute beauté, avec son pavage délicat et ses hautes colonnes. Elle était dédiée au malaxage du cacao et du sucre, qui arrivaient alors par wagon (l’usine fut raccordée en 1881 au réseau ferré national par des voies qui rejoignent l’échangeur d’Émerainville).

     

     
    Cathédrale et le pont Hardi
     
     
    1 - La cathédrale et le pont Hardi construits en béton fretté (1903-1908)
    2 et 3 - Dans la cathédrale, une loggia d'où l'on pouvait regarder les mélangeurs de sucre et de cacao
    4 - À l’intérieur du pont Hardi, conçu par l'architecte Stephen Sauvestre.

     

    Cette salle de travail digne d’un palais princier était l’un des symboles de l’importance industrielle des Menier. Des loggias permettaient même d’admirer l’élaboration du chocolat – l’usine est ouverte aux visiteurs dès 1881. La cathédrale est reliée aux ateliers de dressage, par le pont Hardi, une passerelle en béton d’une seule volée couverte d’une verrière qui enjambe la rivière.

     

    Une usine sauvée de la destruction

     

    Grâce à la mobilisation des habitants et de la municipalité de Noisiel, l’usine a échappé à la destruction. Nestlé-France, propriétaire du site, a choisi d’y installer son siège social. En 1996, quelque 1 500 « cols blancs » ont remplacé les ouvriers. Mais l’esprit du lieu a été préservé. Bernard Reichen et Philippe Robert, architectes qui avaient travaillé sur l’ancienne filature Leblan à Lille ou la grande halle de la Villette à Paris (1985), ont réhabilité avec respect ce chef-d’oeuvre, tout en l’adaptant à ses nouvelles fonctions.

     

     
    L'entrée du moulin Saulier
     
     
    L’entrée du moulin Saulnier et l’ancien bâtiment de dressage (à gauche).

     

    Les machines ont laissé place à des bureaux. Mais l’histoire des lieux et leurs traces industrielles, comme les rails des wagonnets, ont été conservées et mises en valeur. La reconversion de la chocolaterie est montrée en exemple tant les édifices emblématiques ont été harmonieusement restaurés et intégrés dans un programme architectural contemporain. « Le décor prestigieux où Nestlé-France s’est installé donne à la branche française du groupe alimentaire une image et une épaisseur historique qu’elle n’aurait sans doute jamais eues ailleurs », écrivait Emmanuel de Roux*

    * Patrimoine industriel, éditions du Patrimoine/ Scala, 2000, p.272, 25 €

     

    La saga Menier Jean-Antoine Brutus

     

     
    Le hall
     
     
    Menier (1795-1853) fonde en 1816, à Paris, une fabrique de produits pharmaceutiques, à base de cacao pour certains. En 1825, il s’installe à Noisiel, près d’un moulin sur les bords de la Marne. Son fils Émile-Justin (1826- 1881), surnommé le « Baron Cacao », lui succède à la tête de l’entreprise, qui bientôt ne se consacre qu’à la fabrication du chocolat.
    Il acquiert des plantations de cacaoyer au Nicaragua, affrète une flotte pour acheminer les récoltes, se dote d’une sucrerie en Picardie... D’une affaire florissante, il fera un empire. 2 000 ouvriers produisent jusqu’à 70 tonnes de chocolat par jour.
    Gaston, l’un de ses trois fils, va encore accroître la puissance de l’entreprise, en lui assurant une renommée mondiale et en utilisant la publicité avec, notamment, ses célèbres affiches présentes dans toute la France.
    En 1893, l’usine Menier est consacrée plus grande entreprise de production de chocolat au monde. Le déclin surviendra après la Seconde Guerre mondiale. Incapable de faire face à la concurrence, la famille liquide l’entreprise en 1959. Après le départ des Menier, l’usine passe entre plusieurs mains. Nestlé-France en devient propriétaire en 1988 et y installe son siège social huit ans plus tard.
     
     
    N'oubliez pas que si vous le désirez vous
    pouvez vous inscrire à ma newsletter,
    c'est gratuit!!!
     

    Patrimoine français - 4:  Usine Menier, l'empire du chocolat

     

    Patrimoine français - 4:  Usine Menier, l'empire du chocolat

     
     
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique